Formation à l'inoculation pour les agriculteurs sénégalais

Inoculation des plantes

Monde Education de qualité Vie terrestre

Améliorer les rendements grâce à l’inoculation en Afrique de l’Ouest

L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), porte une démarche originale de recherche, d’expertise, de formation et de partage des savoirs au bénéfice des territoires et des pays, principalement méditerranéens et intertropicaux.

Au Sénégal, l’IRD collabore avec différents partenaires académiques, institutionnels et de la société civile pour la diffusion de la pratique de l’inoculation et la structuration d’une filière locale. Cette technique qui consiste à améliorer la symbiose entre la plante et certains microorganismes du sol, permet d’accroitre et de stabiliser les rendements. Bien que connue depuis longtemps, l’inoculation n’est presque pas pratiquée en Afrique de l’Ouest. Or, pour de nombreuses cultures vivrières, des gains significatifs pouvant aller jusqu’au doublement de la production des cultures inoculées ont été observés grâce à l’utilisation de cette technique.

 

L'IRD soutien le développement de l'Inoculation au Sénégal
Le Fonds de Dotation Roullier partenaire d'un projet d'inoculation avec l'IRD

Former les agriculteurs et leurs conseillers à l’inoculation

L’IRD accompagne la création d’une filière locale, équitable et adaptée aux cultures du Sénégal. Le Fonds de Dotation soutient l’IRD pour la création et la diffusion de 2022 à 2024 d’un dispositif de conseil et d’appui technique pour la production et l’utilisation d’inoculums biofertilisants de qualité produits localement destinés aux agriculteurs et leurs conseillers.

Cet enseignement sera constitué de modules d’acquisition des compétences clés dont la maîtrise est indispensable pour le bon fonctionnement et la durabilité de cette filière.  Ainsi, une dizaine de modules de formation permettront l’approfondissement des connaissances sur les conditions d’application de ces microorganismes symbiotiques dans les différents types de sols, la coordination entre acteurs, le respect de la réglementation.

L’inoculation du niébé au champ a augmenté la production en graines de 750 à 1370 kg / ha et a permis une meilleure résistance au stress hydrique.


Abdoulahat Ngom, responsable du service agricole de la Commune de Ndiob, Sénégal